De l’hygiène du poulet

 

Il paraît que traîner sur Facebook rend dépressif. A force de voir, photos à l’appui, la vie rêvée des autres, des sentiments peu fréquentables comme l’envie, la rancune et le dépit s’insinuent dans nos esprits. Mais des fois ce qu’on peut y trouver peut nous mettre de bonne humeur. Ou même faire rire aux éclats. C’est ce qui m’est arrivé aujourd’hui en découvrant par hasard la recommandation  très officielle publiée dans la presse anglaise: Ne lavez pas le poulet avant de le cuire!

Il se trouve que la FDA (l’agence américaine qui veille sur la sécurité alimentaire) a issu un tel avertissement pour réduire le risque d’empoisonnement à la bactérie Campylobacter pilorii. Il semble que le fait de laver le poulet avant de le cuire répand la contamination à travers les gouttes d’eau qui giclent. Or, disent-ils, l’empoisonnement au Campylobacter peut avoir des conséquences néfastes : si la plupart des fois il ne s’agit que (?!) de diarrhées et de vomissements, cela peut déclencher le syndrôme du colon irritable, une arthrite et dans les cas graves la maladie de Guillain-Barré. La toxine de Campylobacter peut être même mortelle, le plus à risque étant les enfants de moins de 5 ans. La Suisse n’est pas épargnée, avec 350 cas de toxi-infection alimentaire déclarés dans la seule première semaine de l’année.

Et il n’y a pas que Campylobacter p. qui prospère sur le poulet de supermarché : on y trouve à l’occasion la salmonelle et l’Escherichia coli. Souvent des souches résistantes à de multiples antibiotiques, puisqu’elles ont survécu aux traitements de cheval ( !) administrés aux poulets.

Mais, diriez-vous, pourquoi s’en faire ? Il suffit de bien cuire le poulet pour avoir un rôti croustillant et parfaitement stérilisé ! Hélas non. Le hic, c’est la manipulation du poulet. Pour preuve, cette étude qui a suivi la contamination d’une cuisine pendant la préparation: même un passage à l’eau de Javel de tous les ustensiles et plans de travail n’est pas venu à bout de toutes les bactéries.

Qu’est-ce que ça a de drôle?

Vous ne voyez vraiment pas ?

Suis-je la seule à penser que si une chose est trop contaminée pour être lavée il vaudrait peut-être mieux de simplement ne pas la manger ?

 

(publié pour la première fois en mars 2016)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s